Pourquoi un catalogue papier ? Pourquoi un catalogue en ligne ?

Osez l’encart dans votre catalogue !
7 février 2024

Ce sujet a suscité de nombreux débats et discussions, ainsi que de nombreuses publications en ligne, tant il est passionnant, tant il présente des enjeux importants, et tant il peut être très controversé. Tout ce qui est source de divisions, polarisé, est synonyme de confrontation, de désinformation, de prises de position et de décisions sur lesquelles il est toujours utile de revenir.

En m'intéressant à ce sujet, il apparaît que les trois grands aspects caractérisant un catalogue sont sa fabrication, son utilisation et sa destruction.

FABRIQUONS UN CATALOGUE

Qu'il soit numérique ou papier, ces deux formats partagent un processus commun, allant de la collecte des données (textes et images) à la mise en page donnant forme au catalogue, que ce soit sur support papier ou en ligne.

Une fois cette étape franchie, le catalogue numérique est disponible à l'utilisation suite à la mise en ligne des produits sur le site internet de la marque, tandis que pour le catalogue papier, débutent les étapes d'impression, de reliure et d'acheminement vers les clients de la marque.

En se limitant à cet aspect de la fabrication, nous pouvons concéder que le catalogue numérique présente un avantage pour les marques intéressées par des périodes de vente courtes (offres promotionnelles, prix réduits, achats immédiats, bonnes affaires, etc.). Dans ce cas, le catalogue numérique est constamment renouvelé avec des produits sortants, des produits entrants, des produits d'opportunité, suivant les saisons.

CONSULTONS UN CATALOGUE

Pour cet aspect, afin de comparer les deux formats de catalogues (numérique et papier), je me suis livré à un petit exercice "chrono en main".

J'ai pris un catalogue de voyage et j'ai cherché une destination vers la Finlande. Ah, quel beau pays ! J'ai donc ouvert mon catalogue récemment reçu à l'index, page 2, me conduisant directement en Finlande à la page 138. Cela m'a pris 10 secondes. J'ai ensuite fait la même chose en consultant cette même destination sur le catalogue des offres en ligne via mon smartphone. N'ayant pas téléchargé l'application du voyagiste, je suis allé sur mon navigateur internet, puis j'ai fait une recherche dans le moteur, puis j'ai ouvert la page pour ensuite accepter les cookies. J'ai fait une recherche sur la page d'accueil du site et je suis arrivé à ma page sur la Finlande. Cela m'a pris 33 secondes. Même si cela reste raisonnable, il m'a fallu 3 fois plus de temps pour accéder à ma demande sur le catalogue numérique.

Autre exemple, cette fois avec un catalogue d'équipement industriel destiné au monde de l'entreprise dans lequel j'ai recherché un "bureau collaboratif design".

Là aussi, j'ai pris mon catalogue reçu il y a un mois et je suis allé à l'index, page 626 (en fin de catalogue). En prenant la lettre "B" comme bureau, je suis rapidement tombé sur la page 86 et tous les bureaux dont je rêve. Cela m'a pris 30 secondes.

J'ai ensuite répété le même exercice en consultant le catalogue des offres en ligne. J'ai fait une recherche dans le moteur, j'ai ouvert la page de la marque en acceptant les cookies. J'ai dû supprimer deux fenêtres de promotions qui sont apparues en premier plan pour me proposer des articles sans intérêt pour ma recherche.

J'ai fait une recherche sur la page d'accueil du site et le résultat est sans appel. Il m'a proposé 6189 articles se rapportant à "bureau collaboratif design".

Cela m'a pris 3 minutes et il me fallait maintenant chercher dans ces propositions un bureau, avec cette impression de me retrouver à la foire de Paris.

Dans cet exemple, il m'a fallu 6 fois plus de temps pour accéder à ma demande sur le catalogue numérique, avec plus de 6000 articles à parcourir.

Au-delà de la recherche de produits, le catalogue papier offre un support sur lequel il est possible d'intercaler des marques-pages, des post-it, des notes manuscrites pour y revenir très rapidement ensuite. Notons également que la consultation perpétuelle du catalogue papier est neutre en empreinte carbone, ce qui n'est pas le cas pour un catalogue numérique. Les serveurs doivent être actifs en permanence pour rendre la consultation possible sur un terminal (PC, smartphone ou tablette), non neutre lui aussi en empreinte carbone.

Pour cet aspect lié à la consultation, le catalogue papier offre les conditions requises pour choisir son produit, pour comparer avec les pages suivantes, pour partager, pour y revenir très rapidement, et ce sans ressource en énergie supplémentaire.

PASSONS D'UN MILLÉSIME À L'AUTRE

Lorsque j'ai reçu mon catalogue 2024, qu'ai-je fait de mon catalogue 2023 ? Certainement pas un objet de collection. Le papier est une matière qui se renouvelle dans son utilisation, pour peu que chacun fasse l'effort de déposer son ancien catalogue dans une filière de recyclage. C'est ce que j'ai fait.

Pour ce qui concerne le catalogue en ligne des produits 2023, les données se retrouvent stockées pour une longue durée sur des serveurs. Il m'arrive parfois, pour ne pas dire souvent, qu'en sollicitant les moteurs de recherche, le catalogue précédent m'est proposé avant le catalogue le plus récent.

DESTRUCTION

Pour cet aspect de destruction après utilisation, le catalogue papier offre une filière simple et lisible en termes de récupération, recyclage et valorisation dans le réemploi du papier. Le recyclage est un marqueur de référence pour les utilisateurs en termes d'impact environnemental lié aux déchets présents dans les différents milieux. Le catalogue numérique implique l'utilisation d'outils électroniques et de stockage des données qui, une fois obsolètes, entrent dans des circuits de retraitement très difficilement contrôlés et contrôlables.

Nous pouvons dire qu'en France et en Europe, la filière de récupération des papiers est plutôt bien dotée puisque le taux de recyclage des papiers avoisine les 72%. Ainsi, la fibre de papier de mon catalogue 2023 pourra être réutilisée entre 5 et 7 fois. La filière cellulose (bois, papier, impression), représente 0.8% de GES en Europe. La dématérialisation numérique est estimée autour de 4% des émissions de GES pour atteindre très probablement 14% en 2040.

Sources Culture papier

Pour conclure, nous constatons que le catalogue numérique est très réactif dans la mise à jour des offres produits. Il est consultable partout et à tout moment sur un smartphone, par exemple, mais il est loin d'être pratique dans la recherche. Son empreinte carbone ainsi que le recyclage des outils restent un vrai point faible. Le catalogue papier est plus favorable à la consultation aisée. Il est plus propice à la lecture, à l'échange, à la réflexion avant l'achat. D'un point de vue environnemental, il est de loin l'outil de consultation le plus mature en termes d'utilisation et de recyclage.

Et si prendre le temps de se projeter, de choisir sur le catalogue papier pour ensuite concrétiser le rêve en passant commande sur le catalogue numérique était la solution d'une parfaite complémentarité entre ces deux manières de consommer !

AGIR GRAPHIC, à travers de son expertise et sa chaîne graphique intégrée, peut vous conseiller et vous accompagner dans toutes les étapes de votre projet.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l'impression d'un magazine ou d'un catalogue, n'hésitez pas à nous contacter !

Vous allez aimer ... imprimer !